Fernando Molina-Campuzano, psychologue clinique, Espagne.

Lorsqu’un patient décide d’obtenir des informations concernant l’allongement du pénis, de nombreux aspects psychologiques doivent être pris en considération : les raisons de sa demande, les facteurs de motivation et les attentes sont d’une extrême importance pour la prise en charge de chaque cas.

Classification des patients basée sur une étude psychologique
1. Aspects psychologiques :
Dans chaque traitement, les facteurs psychologiques jouent un rôle important pendant la consultation, l’élaboration et l’évaluation du traitement et l’évaluation post-traitement.

2. Le psysicien :
Les attentes du patient à la recherche d’informations sur l’agrandissement du pénis doivent être déterminées. Le patient s’attend à trouver un médecin qui pourra lui expliquer le processus en détail, de façon professionnelle et confidentielle.

3. Le patient :
En écoutant attentivement le patient, le médecin peut apprécier ses objectifs et ses attentes. Il ne faut pas généraliser avec des patients différents, puisqu’il y a différentes raisons et traits de personnalité impliqués dans les objectifs du patient pour utiliser Andropenis®. Il serait bon d’évaluer soigneusement les traits de personnalité qui impliquent l’insécurité, l’amélioration des rôles et l’amélioration des relations. Dans la mesure où nous identifions les objectifs du patient et lui rappelons ses buts, le médecin l’aidera à maintenir l’intérêt du patient et à obtenir une observance plus efficace pendant la période de traitement.

4. Classification des patients en fonction de facteurs de motivation :
Type I :

Objectifs principaux : Taille. Objectifs secondaires : Renforcer la confiance en soi dans les relations sexuelles, obtenir une désirabilité accrue, éviter le rejet et la solitude, faire partie du cercle des gagnants et améliorer le plaisir donné à leur partenaire sexuel. Un patient prototype est un individu de 40 ans qui, pour la première fois de sa vie, est confronté à une dysfonction érectile. Il perçoit une diminution de la longueur de son pénis ou une diminution de sa virilité. Dans ce cas, en expliquant que la croissance tissulaire et la néo-vascularisation provoquées par le traitement améliorent non seulement la qualité des érections mais aussi la longueur du pénis et le sentiment de virilité, le ou les objectifs du patient seront atteints.

Des changements émotionnels importants, qui affectent le patient, sont facilement observables. Parfois, cependant, il peut y avoir un changement d’attitude de la part du partenaire, ce qui peut présenter un tout nouvel ensemble de problèmes pour le patient. Il peut être utile d’essayer d’aider le patient à les identifier, surtout si le rejet est un problème. Ce patient est susceptible d’éviter l’intimité, et a une absence de relations émotionnelles ou sexuelles. Il se peut qu’ils recherchent constamment des interactions superficielles, dans une certaine mesure, pour compenser les frustrations personnelles, qui peuvent avoir pris naissance dans leur jeunesse (L. Festiger 1975). Nous devons transmettre la confiance au patient, avec l’assurance que son pénis va grandir et que la qualité de son érection va également s’améliorer. Quand ils perçoivent un pénis d’une plus grande dimension, l’estime de soi du patient devrait également s’améliorer. Le patient se considérera comme un meilleur amant et se sentira plus fier de ses attributs sexuels. En réponse au mythe phallique, il verra probablement un désir sexuel accru chez son partenaire, ce qui peut améliorer les préliminaires et améliorer les attentes positives des rapports sexuels. Le patient recevra toutes ces informations sous forme de feedback. Une confiance et une estime de soi accrues rendront son approche sexuelle calme et détendue, aidant ainsi automatiquement à activer le système nerveux parasympathique, un facteur clé de l’érection.

Type II :

Objectif principal : Obtenir un pénis de dimensions normales ou moyennes. Objectif secondaire : Éliminer l’insécurité, les complexes, la solitude et le rejet.

Nous parlons d’un patient avec un pénis plus petit que la moyenne, ou un petit pénis qui crée un complexe d’infériorité chez le patient. Certaines de ces personnes évitent les situations dans lesquelles leur nudité sera exposée (vestiaires, plages, rencontres sexuelles, etc.). Ils présentent des pensées obsessionnelles sur leur nudité, qui sont centrées sur la taille de leur pénis. Ces personnes, lors de leur consultation, expriment le sentiment d’être observées et peut-être même de se moquer d’elles en raison de la petite taille de leur pénis. Cette personne veut s’assurer que la croissance se fera à la fois en érection (pour satisfaire ses propres besoins et ceux de son partenaire) et en flaccidité (car elle se sent observée et critiquée par les autres).

Au début, ces patients peuvent sembler ne pas s’attendre à des résultats du traitement, mais en raison de leur forte motivation personnelle, et après avoir reçu l’information scientifique appropriée, ils décident habituellement de commencer le traitement. Ils ont le plus haut indice d’observance du traitement et ont tendance à utiliser l’appareil pendant plus de 10 heures par jour. Même s’ils sont très enthousiastes avec le traitement, s’ils ne voient pas de résultats à court terme (1-2 mois), ils remettent en question l’efficacité du traitement. Dans de tels cas, il est recommandé d’informer le patient que le premier mois est une période d’adaptation et de poursuivre le traitement 11 heures par jour pendant le premier mois et demi pour accélérer la croissance. Des changements émotionnels importants, qui affectent le patient, sont facilement observables. Parfois, cependant, il peut y avoir un changement d’attitude de la part du partenaire, ce qui peut présenter un tout nouvel ensemble de problèmes pour le patient. Il peut être utile d’essayer d’aider le patient à les identifier, surtout si le rejet est un problème.

Pendant le traitement, ces personnes ont besoin d’une orientation parentale et d’un soutien continu de la part du médecin.

Type III :

Objectif principal : Obtenir un pénis de grandes dimensions.

Objectif secondaire : Ils possèdent habituellement des traits narcissiques dont le but est de susciter le désir sexuel de leur partenaire et l’admiration des autres. Ils croient qu’avec un pénis plus grand, ils feront partie de l’élite des gagnants. Certains patients éprouvent des difficultés à établir des relations personnelles significatives et basent leur communication sur des atouts sexuels qui leur permettent de se sentir à l’aise et plus en sécurité. Nous parlons de 4 catégories :

A – Les hommes dans une relation stable : ceux qui veulent obtenir un pénis plus grand pour améliorer leur relation et pour introduire de nouvelles formes de jeu qui satisferont les deux individus. Ils cherchent à changer leur routine. Ils ont tendance à avoir les moyens financiers de se faire soigner.
B – Hommes sans relation stable : ceux qui ont plusieurs partenaires sexuels. De telles relations leur procurent de la satisfaction. Ils sont très fiers de leur physique, de leur apparence et de leur gros pénis (« Teoría Psicoanalítica de las neurosis », Fenichel, 0-1987).
C – Sportif : ceux qui investissent beaucoup de temps et d’argent dans leur physique et leurs traits et qui sont narcissiques. Ils fréquentent les lieux où ils peuvent s’exposer (plages nudistes, piscines, vestiaires, etc…) car ils se sentent très à l’aise et savent comment susciter l’admiration des autres.
D – Homosexuels : ces hommes accordent souvent beaucoup d’importance à la taille de leur pénis. Il est généralement moins nécessaire d’être convaincu de l’efficacité du traitement, mais lorsque ces patients obtiennent 1 ou 2 cm de croissance, ils abandonnent souvent le programme prématurément. La conformité est encouragée.

Mots-clefs: penis, agrandir le pénis, agrandissement du pénis